DélégationAriège-Garonne

Nabintou et sa famille touchées par la pandémie

Leur parcours de vie

Il y a moins d’un an, Nabintou et sa famille n’avaient pas de problème particulier : son mari et elle travaillaient et pouvaient subvenir à leurs besoins ainsi qu’à ceux de leurs deux enfants. Les périodes de confinement ont entravé leurs emplois et perturbé leur budget par voie de conséquence. Le Secours Catholique d’Ariège-Garonne leur a tendu la main, ils bénéficient de l’accès à l’épicerie sociale. Voici le récit de leur combat pour rester debout.

Fin 2019, l’entreprise qui employait Nabintou à temps partiel a connu quelques difficultés qui l’ont amenée à la licencier. Le retard de paiement du salaire de Nabintou et le retard de versement des allocations familiales ont fragilisé le budget du ménage qui s’est retrouvé début 2020, avec des dettes. En mars 2020, avec le confinement, le mari de Nabintou n’a pas pu avoir de missions d’intérim. En quelques mois, le ménage est passé d’environ 1600 € de salaires par mois à 400 € correspondant à l’allocation chômage de Nabintou.

À cette époque, la famille en difficulté est entrée en contact avec le Secours Catholique. Pendant le confinement, elle a pu bénéficier d’une aide sous la forme de chèques-services ; des bénévoles sont aussi venus leur rendre visite. Au déconfinement, ils ont pu rejoindre une des épiceries sociales de l’association.

Aujourd’hui, la situation de la famille s’est accalmie. Le mari de Nabintou a pu reprendre ses missions d’intérim, ils ont réglé leurs dettes et Nabintou suit une formation rémunérée depuis septembre pour construire son projet professionnel. Le fait de pouvoir bénéficier des tarifs de l’épicerie sociale jusqu’à la fin de l’année leur permet de soulager leur budget et contribue à le stabiliser.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne