DélégationAriège-Garonne

Exemple d’action « Coup de pouce »

Témoignage d’accompagnement

La pédagogie d’action du Secours Catholique met l’accent sur l’accompagnement global de la personne. En voici une belle illustration.

Jean, suivi par l’équipe du Secours Catholique de Villeneuve-Tolosane - Cugnaux, a tenu à remercier l’équipe.

C’est l’occasion de retracer son accompagnement et le travail accompli par l’équipe.

Les remerciements de Jean :

« Je remercie toute l’équipe de Secours Catholique de m’avoir aidé pendant ma formation d’ambulancier car j’étais en manque de moyens financiers. Cela m’a permis de terminer ma formation et je suis maintenant embauché avec un CDI dans un emploi d’ambulancier qui me plaît.

Merci tout particulièrement à toute l’équipe du Secours Catholique de Villeneuve-Tolosane - Cugnaux et à tous ceux qui ont participé par leurs dons pour que je puisse faire cette formation. »

Jean et le Secours Catholique : une belle histoire

Après une période de galère dans un département voisin où il a passé le concours d’entrée pour faire une formation d’ambulancier de six mois, Jean, 23 ans, part pour une commune de la banlieue toulousaine. Suivi par les services sociaux dans sa ville d’origine, il s’adresse à l’assistante sociale dès qu’il arrive dans la ville de la banlieue toulousaine où il est hébergé en colocation payante.

Sa formation est rémunérée mais il ne touchera pas cette rémunération avant plusieurs semaines. Jean a eu une petite subvention avant de venir à Toulouse pour l’essence et les produits alimentaires.

La première fois que l’équipe du Secours Catholique le rencontre, au début d’octobre 2014, il lui reste 50 euros.

L’assistante sociale lui permet d’avoir le fonds d’aide aux jeunes (FAJ) et il reçoit 500 euros un mois après son arrivée. Son dossier de CMU est à refaire dans le département de Haute-Garonne (31). La demande de l’assistante sociale au Secours Catholique concerne une prise en charge pour l’alimentation et l’essence, point essentiel pour que Jean puisse aller à sa formation, car le parcours des transports en commun ne lui permet pas de les utiliser [1].

Deux bénévoles de l’équipe du Secours Catholique de Villeneuve-Tolosane - Cugnaux le rencontrent dès le 10 octobre pour établir le dossier d’accueil.

Très vite, il s’avère que nous devrons le soutenir financièrement car le fonds d’aide aux jeunes et la rémunération ne lui permettront pas d’assurer longtemps les frais de transport ni alimentaires, pas plus que le loyer. Jean n’a aucune autre aide par ailleurs, mais une grande volonté de réussir. De plus il a l’obligation d’épurer une dette de 270 euros dans l’immédiat.

À partir de novembre, Jean perçoit sa rémunération du conseil régional, d’un montant de 300 euros par mois, qui se termine à la fin du stage en janvier 2015.

La scolarité est sanctionnée par des modules où il doit avoir la moyenne chaque fois pour avoir son diplôme. Jean doit donc disposer de calme pour se concentrer sur la reprise de ses cours. La colocation dans un studio devient difficile du fait des rythmes de vie très différents de chacun. Cette situation l’angoisse. Il trouve une solution temporaire en s’engageant auprès d’une personne qui part pour l’étranger durant quelques mois. Jean s’occupera de l’appartement, des animaux, des plantes et n’aura qu’une petite part des charges à régler.

Il doit suivre un stage au Samu de son département d’origine. Tous les frais sont à sa charge (essence, nourriture, logement…), ce qui grève beaucoup son petit budget. La formation avance et il faut absolument lui permettre de relever son défi pour son avenir.

L’équipe locale du Secours Catholique s’adresse alors à la délégation Ariège-Garonne et la décision est prise de préparer un dossier, conjointement avec l’assistante sociale, pour lancer un appel « Coup de pouce » dans la revue Messages du Secours Catholique.

À la fin de décembre, la responsable d’équipe du Secours Catholique est prévenue par le siège national qu’une aide de 2 000 euros a pu être réunie. Le premier versement (chèque de 1 000 euros) sera remis à Jean le 31 décembre, en présence de tous les bénévoles qui le connaissent.

Jean part confiant pour passer son diplôme à la fin de janvier, mais, malheureusement, un module ne sera pas validé.

L’équipe le reçoit car il est désespéré. De longues discussions s’ensuivent. Jean revient enfin à l’école et s’inscrit pour les cours du module à repasser en juin.

Plus de financement extérieur ! Il devra vivre sur ses maigres économies et à l’aide de petits travaux. Mais impossible de payer un loyer !…

Où loger devient capital !

Un jeune couple de la paroisse a une grande maison et accepte de loger Jean gratuitement de février à juillet. Ce sera une autre découverte pour lui, une vie de famille avec de petits enfants, les contraintes que cela impose, le partage des repas, du travail dans la maison, le dialogue… Grâce à cette famille, Jean repasse son module et obtient enfin le diplôme tant convoité d’ambulancier !

À ce jour il a été embauché avec un CDI par une entreprise d’ambulanciers de la banlieue toulousaine. Il a un logement et une vie nouvelle s’ouvre à lui grâce à sa combativité, et avec le soutien du Secours Catholique dont il remercie grandement les donateurs et les bénévoles.

[1] Voir notre article mobilité.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne